Beau à la louche

​Comme beaucoup de petites filles, Pauline, du blog Beau à la louche, a commencé à cuisiner en réalisant des petites pâtisseries – sablés, crêpes et gâteaux – avec sa mère, sa grand-mère et sa nounou …. Mais le jour où elle est devenue étudiante, elle s’est retrouvée seule face à sa kitchenette, et c’est là qu’elle a  commencé à cuisiner aussi des petits plats salés pour les jours où elle voulait s’échapper du resto U ou pour les dîners entre copains… En créant son blog de cuisine, c’est un véritable carnet de recettes en ligne qu’elle met à disposition de ses amis mais aussi d’une grande communauté de lecteurs. Découvrez son univers culinaire où son mot d’ordre n’est autre que « oser ! ».

 

Comment avez-vous commencé à tenir le blog Beau à la louche ?

Pauline, Beau à la louche

J’ai commencé Beau à la Louche par hasard, j’avais découvert un an avant les blogs de cuisine, ils avaient fait évoluer ma façon de cuisiner et j’aimais beaucoup les lire. J’ai décidé sur un coup de tête de créer mon blog et finalement 4 ans plus tard je propose toujours des recettes !

Je concevais le blog de manière très égoïste quand je l’ai créé – et c’est encore en partie le cas : Beau à la Louche est mon carnet de recettes en ligne, ma façon de conserver les recettes testées et de les partager avec les copains qui sont venus dîner et qui souhaitent récupérer la recette… Cependant, au fil du temps, j’ai découvert les échanges avec les lecteurs, leurs commentaires quand ils testent une recette, leurs suggestions d’associations ou d’amélioration : c’est très enrichissant. 

Ce qu’il y a de chouette quand on tient un blog c’est que l’on a aucune ligne éditoriale à respecter, on est chez nous, on peut faire comme bon nous semble. Ainsi je mélange aussi bien des petits plats simples pour des repas rapides, des desserts complexes ou des recettes traditionnelles et chaleureuses…

 

Comment cuisinez-vous ?

null

Je cuisine ce dont j’ai envie à un moment donné ou ce que je pense susceptible de faire plaisir aux amis que j’ai invité à dîner. J’essaie de n’avoir peur de rien et de me frotter à tout ce qui pourrait me plaire, d’être éclectique dans ce que je cuisine puisque je suis éclectique dans mes goûts : il faut oser !

J’aime jouer en cuisinant, que les menus soient ludiques d’où certains menus thématiques que ce soit autour d’un mode de cuisson (menu vapeur…) ou d’une couleur (menu rose…).

J’aime aussi bien cuisiner seule qu’avec une ou plusieurs personnes. Cuisiner seule est relaxant, j’aime beaucoup être seule dans ma cuisine à préparer de petites choses pour faire plaisir aux autres. Mais cuisiner à deux ou en famille donne l’occasion de découvrir d’autres façons de faire, de bavarder en même temps et surtout de partager de superbes moments de convivialité.

 

Qu’est-ce qui vous inspire pour cuisiner ?

null

Une recette qui séduit dans un livre dépend de beaucoup de choses : les goûts personnels, des associations qui font écho, une confiance aveugle dans la cuisine d’un chef ou dans les recettes d’un auteur culinaire, une recette en adéquation avec les envies du moment… et il faut bien aussi l’avouer, parfois c’est la photo qui séduit avant la recette…

Les idées viennent ensuite en fonction de mes envies ou de celles de mon entourage, de ce que j’ai dans mon frigo ou de ce que je trouve au marché et de beaucoup de choses pas toujours conscientes au moment où l’on cuisine : des plats dégustés au restaurant, des photos croisées ici ou là, une recette dans un livre, des ingrédients que l’on aime beaucoup associer… 

 

Quelle est la recette la plus plébiscitée sur Beau à la louche ?

Cheesecake sans cuisson © Larousse

L’entremets tout chocolat a eu un vif succès (LA recette facile, meilleure que chez le pâtissier et qui en jette à tous les coups).

Mais je pense que se sont les recettes de cheesecakes et tout particulièrement « La petite leçon de cheesecake » qui sont les plus plébiscitées. 

 

Vous évoquez souvent les voyages. La cuisine occupe-t-elle une place importante ?

null

Découvrir la cuisine d’un pays fait parti du voyage, de la découverte. Comme je suis curieuse, ça me permet de découvrir de nouvelles choses, des recettes inconnues, des associations inédites, des ingrédients dont on ne soupçonnait pas l’existence…

Après je ne voyage pas pour la cuisine, il y a d’autres choses qui priment à mes yeux et je ne choisis pas mes destinations en fonction de la gastronomie locale, c’est plutôt un « plus » dont il serait dommage de se passer et qui permet d’avoir une vision un peu plus globale d’un pays ou d’une ville.

 

Beau à la bouche... en Alsace !

qu'est-ce qui vous plait dans la cuisine alsacienne ?

Kouglof © Larousse

J’aime beaucoup les plats alsaciens un peu méconnus : toutes les sortes de quenelles possibles (au pain, à la moelle, à la pomme de terre, au fromage…), toutes les façons de cuisiner les pommes de terre, les délicieux jambons en croute et mon plat alsacien préféré est sans hésiter les Fleischschnaka.

La cuisine alsacienne est une cuisine simple, peu onéreuse et roborative, les recettes alsaciennes nécessitent des ingrédients extrêmement simples sans produits exotiques si ce n’est l’utilisation de la racine de raifort : ce wasabi alsacien apporte du peps et de la fraicheur à bien des plats !

Quelles sont vos bonnes adresses culinaires à Strasbourg ?

null

Mon marché préféré : le marché du boulevard de la Marne les samedi matins à Strasbourg

Mes restaurants fétiches : La cambuse - 1, rue des Dentelles – Strasbourg, Kim, restaurant coréen - 5 place de l’hôpital – Strasbourg, La Vince'Stub - 10 Petite rue des Dentelles – Strasbourg

Ma pâtisserie préférée : Pâtisserie Naegel - 9, rue des orfèvres – Strasbourg, et pour le thé : Le thé des muses -  51 Rue Fossé des Tanneurs – Strasbourg

Et le marché de Noël à Strasbourg, vous aimez ça ?

Vin chaud © Larousse

En décembre, à Strasbourg, des cabanes en bois sont dispersées sur toutes les places de la ville, certaines proposent des bredele, d’autres des produits locaux mais on y trouve surtout du vin chaud, des décorations de Noël, des gadgets et des gourmandises en tous genre. L’ambiance des marchés de Noël est plus agréable à la tombée de la nuit, quand les décorations lumineuses prennent toute leur ampleur.

Les strasbourgeois évitent soigneusement la foule des week-ends de décembre, préférant aller boire un vin chaud en début de soirée dans la semaine. Pour un très bon vin chaud au marché de Noël de Strasbourg, je conseille celui de Mathilde, place Broglie. Sinon, place des meuniers il y a des Dampfnüdel (petits pains cuits à la vapeur) et du jus de myrtilles chaud aux épices

 
null

Merci beaucoup à Pauline d'avoir répondu à nos questions. Retrouvez-la sur son blog, Beau à la louche !

 
Epices © Larousse

Blogs !

​Les blogs culinaires pimentent Internet : bonnes idées, recettes originales, photos gourmandes...

Découvrez nos coups de cœur

Connectez-vous

Si vous avez déjà un compte Larousse (Encyclopédie...) vous pouvez vous connecter avec votre email et votre mot de passe.
Si vous avez un compte Facebook, vous pouvez vous connecter avec.
Connexion Larousse

Si vous avez déjà un compte Larousse (Encyclopédie...) vous pouvez vous connecter avec votre email et votre mot de passe.

Mot de passe oublié

Connexion Facebook

Je me connecte via mon compte

Si vous avez un compte Facebook vous pouvez vous connecter avec.

Mot de passe oublié ?

Si vous avez perdu le mot de passe associé à votre compte membre, entrez ci-dessous l'adresse électronique utilisée lors de votre inscription. Vous recevrez alors un e-mail rappelant votre mot de passe.

Erreur

Ce compte Facebook est déjà rattaché à un compte Larousse Cuisine.
Vous ne pouvez pas attacher 2 comptes à votre compte facebook.